Histoire géologique du Vésuve

Histoire géologique du Vésuve

 

 

Grâce à des forages il est possible d'évaluer que le volcanisme en Campanie (région du sud de l'Italie) date d'environ 400 000 ans. Il s'agit donc d'un volcanisme récent qui doit son existence à la subduction de la plaque tectonique africaine sous la plaque tectonique Eurasie.

 

 

Le volcanisme le plus ancien a débuté sous la mer puis des îles sont ensuite apparues (îles Procida et Ischia) puis le volcanisme a ensuite colonisé la partie continentale. A un peu plus de 50 km au nord de Naples, un complexe volcanique appelé Roccamonfina est encore bien visible et récent. La dernière éruption est estimée à l'an 300 av Jésus - Christ, le volcan est donc susceptible d'être encore actif. Puis, légèrement au nord de Naples se trouve le complexe volcanique des Champs Phlégréens. Il s'agit d'une énorme caldeira contenant une multitude de cônes volcaniques résultant des éruptions de ce complexe. Les cônes les plus connus sont Solfatara (née il y a 4000 ans) et le Monte Nuevo né en 1538, date de la dernière éruption du volcan qui est donc sans aucun doute possible actif. Puis enfin au sud de Naples se situe le célèbre Vésuve dont la dernière éruption remonte à 1944.

 

 

 

Le Vésuve est un strato volcan complexe. Le plus vieux rocher daté du volcan est âgé de 300 000 ans. Il a été recueilli par forage et faisait probablement partie du volcan Somma.

L'édifice dont la base circulaire surmonte des calcaires tertiaires et triasiques s'est construit grâce à la superposition de matériel éruptif déposé dans toutes les directions. C'est un édifice double formé par deux volcans emboîtés. L'un, externe, le monte Somma (1 132 mètres d'altitude) représente les restes d'un ancien volcan, qui devait atteindre environ 2 500 mètres d'altitude avant la phase finale de l'avant-dernier cycle éruptif où son sommet fut sectionné... L'autre, situé à l'intérieur de la caldeira née de l'explosion de Somma, est nommé Gran Cono (grand cône); Il s'agit du Vésuve actuel. Ces deux parties sont séparées par une dépression en fer à cheval : la valle del Gigante, dont la partie nord s'appelle Atrio del Cavallo, et la zone orientale valle dell'Inferno. Enfin, de petites élévations coniques, restes d'activités latérales anciennes, parsèment le flanc nord du massif.

 

L'histoire du Vésuve se partage généralement en 4 périodes éruptives : Somme primitif, Somme ancien, Somme récent et Vésuve. Les géologues et les volcanologues ont reconstruit l'histoire du volcan en sa basant sur l'étude des matières projetées, la position stratigraphique et les corrélations avec les matières émises par les autres volcans de la région en utilisant des appareillages qui décèlent la radio-activité contenue dans les matériaux projetés ceci permet de dater avec une grande précision les éruptions et de savoir quel volcan a été l'auteur de telle éruption... Voyons maintenant ce qui ressort des études menés pour les 4 périodes éruptives du Vésuve :

 

La Somma primitive :

Il ya 17 000 ans le volcan qui dominait alors la baie de Naples disparait dans une éruption cataclysmale et un nouveau stade commence, le Vésuve récent. Voici comment commence la première phase de construction :

La première phase d'activité du volcan se situe avant la venue des tufs jaunes napolitains des Champs Phlégréens datés d'il y a 10 000 ans. La Somma primitive naît d'une formidable explosion au Pléistocène supérieur, plus exactement au Worm terminal (c'est à dire fin de lère glacaire Würm) il y a 12 mille ans. Un magma se fraye un passage dans les fractures, il vient de 6 kilomètres de profondeur. Une grande quantité de cendres mêlées à des scories, des ponces et des blocs de roches sédimentaires métamorphisés par contact se met en place. Plus tard, des coulées de laves visqueuses sont vomies par l'édifice.

Une longue période de repos suivra ses premières éruptions explosives, elle dura 2000 ans. Puis un effondrement du toit de la chambre magmatique entraîne une transgression locale de la mer. Le magma monte légèrement, le réservoir s'installe à 5,5 kilomètres de profondeur. L'assimilation des roches encaissantes (dolomies et calcaires) enrichit progressivement le magma en calcium et en magnésium. La cheminée étant bouchée, un volume de gaz énorme s'accumule...

Actif de il ya 12 000 ans à il ya 10 000 ans, période de repos entre 10 000 ans et 8000 ans.

 

 La Somma ancienne :

Il ya 8000 ans, une éruption paroxysmale secoue le volcan, la Somma ancienne se forme. Des explosions et des effusions de laves érige un strato-volcan de 1000 mètres de haut. Cette période d'activité dure 2500 ans, puis la cheminée s'effondre, le volcan se bouche pour un laps de temps assez long. Les gaz, une fois de plus, s'accumulent et préparent une nouvelle éruption.  La lente assimilation des dolomies se poursuit.

 

La Somma récente :

Il y a 5000 ans, une puissante éruption pulvérise la partie supérieure du contenu du foyer magmatique. Des ponces, des scories et des morceaux de marnes du Tertiaire sont éjectés en grande quantité, la Somma récente se forme. Le chimisme des roches de cette phase a évolué durant le temps, passant des phonolites téphritiques à leucite aux téphrites phonolitiques à leucite. Cette grosse éruption passée, de petits dynamismes éruptifs éjectent cendres et scories.

Après une période de repos conséquente, une deuxième éruption paroxysmale, avec la même évolution de chimisme que la précédente, se déclenche. Puis une troisième qui est de loin la plus intense. Cette dernière date du XIIe siècle avant J. C... A cette époque, le strato-volcan de la Somma atteint 2000 mètres de haut. L'activité du sommet diminue, le magma s'injecte en dykes, en sills de téphrites phonolitiques à leucite. Des coulées de lave s'épanchent sur les flancs de l'édifice.

Une nouvelle période de repos commence, le magma subit lentement sa différenciation par assimilation des carbonates. Cela dure jusqu'au quatrième et dernier paroxysme de la Somma récente, en 79 après J. C. C'est l'illustre éruption qui anéanti Pompéi, Herculanum et Stabies. Des cendres tombent sur tous les alentours de cet ancien Vésuve, sur Pompéi en particulier et des coulées de boue chaude ensevelissent Herculanum. Les produits pyroclastiques sont surtout des téphrites phonolitiques à leucite. L'activité de la Somma est terminée...

Il faut savoir qu'à cette époque le volcanisme avait déjà bien transgressé du côté de la mer et que cette Somme récente se trouvait à l'emplacement du Vésuve actuel (plus ou moins)

 

Le Vésuve :

L'histoire du Vésuve est divisée en deux stades: avant 1631 et après cette date.

Au V ème siècle après J-C., le cône du Vésuve actuel se forme au coeur de la Somma récente (éruption important de 472). Le volcan connait alors d'autres éruptions plus ou moins fortes jusqu'en 1139 où il commence à "fatiguer". Il se manifeste en 1501 mais l'éruption est si petite qu'elle passe inaperçue. Mais 130 ans plus tard, le volcan produit une éruption la seconde plus violente des éruptions des temps historiques après celle de l'an 79.

La violente éruption effusive et explosive de décembre 1631 marque le début du cycle éruptif actuel. Cette éruption fut précédée de séismes qui commencèrent dès 1564 et devinrent de plus en plus intenses et fréquents dans les mois qui précédèrent l'éruption. Cette dernière détruisit 5 villes et causa le décès de plus de 3000 personnes. Ce fut un important paroxysme de type plinien marqué par de fortes explosions terminales et des émissions de coulées. Cela se termina en quelques jours. Mais une faible activité persista jusqu'en janvier 1632; d'autre part, à la fin de décembre, des pluies intenses provoquèrent la formation de lahars froids le long des pentes de la Somma (comme on appelle désormais le plus petit sommet de l'ensemble Vésuvien).

Après cette éruption, l'activité, entrecoupée d'interruptions de quelques années, s'est poursuivie jusqu'à nos jours. Elle se divise en périodes calmes où la cheminée d'alimentation est bouchée et en périodes actives précédées de l'ouverture d'un nouveau conduit qui reste ouvert en permanence. Ce conduit remplit alors le cratère de produits d'explosion mais surtout d'effusion jusqu'à ce qu'une ou plusieurs coulées prennent naissance sur le mur externe. Depuis 1944 le conduit est à nouveau bouché reste à savoir si cela est révélateur d'une nouvelle longue période de repos ou si cela n'est rien d'autre qu'une période de calme qui se prolonge un peu plus que d'ordinaire ?

 



19/01/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres