Eruption de l'an 79

L'éruption de l'an 79

 

 

Cette activité tristement célèbre du volcan napolitain débuta le 24 août de l'an 79 (cependant il y a une controverse à ce sujet puisque la découverte d'olives fraîches dans les maisons de Pompéi laissent présager que l'éruption aurait eu lieu le 24 octobre...).

 

Les prémices de cette éruption remontent en l'an 62 lorsqu'un séisme de magnitude 5 sur l'échelle de Richter secoue la Campanie. Bien sûr cela n'est en aucun cas un signe précurseur - c'est trop tôt - mais cela indique que la chambre magmatique du volcan est pleine et que la pression commence à croître. Or, le volcan a cette époque dormait depuis 700 ans car la dernière éruption avait obstrué le conduit éruptif du volcan. Depuis 700 ans, la pression à l'intérieur de la chambre magmatique s'accumulait ce qui bien sûr allait conduire à une prochaine éruption cataclysmale !

 

Début août (octobre ?) 79, des petits séismes sont ressentis dans la région. A partir du 20 août, ils se font de plus en plus fréquents et conséquents mais bien sûr personne ne se doute que la montagne recouverte de vignes est à l'origine de ces secousses. La vie continue, il faut dire que les tremblements de terre sont courants dans le sud de l'Italie et n'inquiètent nullement les populations pour qui le séisme de l'an 62 nétait juste qu'un séisme plus violent que les autres... Parallèlement, les sources autour du volcan se tarissent. Bien sûr cela touche les habitants des villes alentours mais personne ne peut deviner que le Vésuve s'apprête à rentrer avec puissance dans le monde des volcans historiquement actifs d'autant plus qu'en l'an 20 après J-C un savant, Strabon, avait bien deviné que le Vésuve était un volcan (vu des similitudes avec l'Etna qui était déjà actif à l'époque) mais il l'avait proclamé éteint.

 

Dans la nuit du 23 au 24 août (ou octobre), des petites explosions ont lieu sur le volcan qui commence à s'ouvrir sous l'effet de la pression. Seules des personnes au sommeil léger auraient pu les entendre mais, selon les scientifiques, elles auraient pu être confondues avec un orage. Dans la matinée du 24 août la situation commence enfin à inquiéter les citoyens des villes proches du volcan à l'est de celui - ci. En effet, des cendres commencent à recouvrir les cités est. A 13 heures, l'éruption débute officillement : un magnifique nuages de gaz, cendres et produits volcaniques s'élève dans le ciel prenant la forme de l'arbre pin parasol. Plusieurs personnes optèrent pour se mettre à l'abri chez elles alors que d'autres fuient dans les campagnes ou vers la mer. A Herculanum, à l'ouest de l'édifice, l'éruption est visible mais les vents dominants allant vers l'est les habitants ne se sentent pas menacés et vaquent à leurs activités quotidiennes.

Le 25 août au matin, le Vésuve se déchaîne ! Aux Séismes s'ajoutent une intensification de la pluie de cendres mais aussi un tsunami qui causera la mort de quelques fuyards. Mais dans les cités il y a aussi des morts à déplorer soit par des bâtiments qui s'effondrent soit par asphyxie en raison des cendres volcaniques inhalées. Les matériaux émis par le volcan commencent toutefois à se refroidir et s'alourdissent, une coulée pyroclastique (coulée composée de roches en fusion et de cendres brûlantes) se forme en raison de cette pression qui retombe et se dirige droit sur Herculanum...

A Pompéi, les personnes enfermées chez elles périront le soir du 25 quand le Vésuve atteint l'apogée de sa violence : des nuées ardentes (grand volume de gaz brûlants à très forte pression transportant, suite à à une violente explosion, des masses considérables de débris de lave) dévalent les pentes de l'édifice à très grande vitesse ne laissant aucune chance aux rares survivants.

 

A Misène, à la pointe nord du golfe de Naples, Pline le jeune, 17 ans, assiste à l'éruption et en rédige un compte-rendu détaillé où il mentionne plusieurs fois son oncle, Pline l'ancien. Les volcanologues donneront bien plus tard le qualificatif de plinéen à une éruption volcanique comme celle qu'il a décrite :

 

Au lendemain de ce cataclysme, il manquait ces 700 derniers mètres au Vésuve (qui à l'époque atteignait 2300 mètres environ d'altitude). Un large cratère de 400 mètres de diamètre s'ouvrait à la place du sommet qui dominait encore la baie de Naples l'avant - veille.

 

 



25/01/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres